Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

LE GENOCIDE TSIGANE RENIÉ

31 Mai 2008, 10:29am

Publié par Association Attention Culture

DEVOIR DE MEMOIRE
LE GENOCIDE TSIGANE RENIÉ
Devant le mémorial du camp d'internement de Saliers,
le sous-préfet d'Arles, Mr Simonnet révise l'Histoire

Lors de la cérémonie commémorative du génocide tsigane au camp d'internement de Saliers (commune d'Arles, Bouches-du-Rhône) du 21 Mai 2008, (à l'initiative de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et de l'Association pour la mémoire de l'Internement et de la déportation des Tsiganes) où l'émotion retenue répondait à la dignité des témoignages, à la justesse et la modération des interventions, la violence du discours du sous-préfet a résonné comme un coup de canon, suscitant la stupeur et l'indignation dans les rangs de l'assistance venue en nombre participer à ce temps de recueillement et de mémoire. Outre le ton déplacé et la virulence d'un discours teinté de colère, le sous-préfet d'Arles a dénié, avec force et insistance, toute responsabilité de l'Etat français dans le génocide des tsiganes, “1942 n'était pas l'Etat français. Il était mort par la lâcheté de certains politiques, par la lâcheté de groupes qui ont laissé le désordre dans ce pays dans les années trente pour le mener à une défaite intolérable. Non, c'était le guvernement de Vichy qui n'était pas le gourvernement de la France !“, s'adonnant à une relecture de l'histoire de l'occupation allemande et du gouvernement de Vichy issue en droite ligne de thèses révisionnistes maintes fois condamnées par les historiens, et reliant insidieusement, dans sa conclusion, l'immigration avec le terrorisme.
Un temps incrédule, l'immense majorité des participants, outrée par de tels propos (déportés, résistants, portes-drapeaux, gitans, responsables de mouvements associatifs, élus et simples citoyens...) s'est écartée afin de manifester sa désapprobation et a tourné le dos le temps de son allocution, souhaitant toutefois rester présente aux côtés du peuple rrom et par respect pour la cérémonie.
Aucune excuse n'effacera l'outrage et l'insulte, insulte à la souffrance des internés, des déportés et de leurs familles, outrage à leur mémoire, à l'histoire. Aucune excuse, ni le limogeage du sous-préfet, ni même sa démission, si ses propos venaient à ne pas être fermement dénoncés.
A ce jour, l'Etat français n'a toujours pas reconnu sa responsabilité dans l'internement des tsiganes (*) au camp de Saliers (700 Rroms et 3 gardians)... et tous les autres !
Il est, il est grand temps.


(*) non plus que le génocide des noirs, des homosexuels, des républicains espagnols, des résistants, des clochards, des forains...

signataires :
association Attention Culture (Arles), A.M.I.D.T.(association pour la mémoire de l'Internement et de la déportation des Tsiganes), Femmes roms sinte kale manouches, la Voix des Roms, Centre A.V.E.R contre le racisme, association rHumeurs (Arles), Samudaripen (Arles), association des Gitans d'Alès,...

UN FILM
Reportage de l'Association rHumeurs qui était sur les lieux pour filmer des séquences en vue d'un documentaire à  venir sur le génocide des tsiganes et le camps de Saliers.
L'équipe s'est trouvée être le témoin privilégié de la cérémonie : à voir absolumment :


HASARD
ou SIGNE AVANT-COUREUR ?

La semaine précédente, dans le Gard, 124 Rroms arrêtés à Perpignan, Nïmes, Alès, Montpellier ont été expulsés via l'aéroport de Garons.


PROTESTATION :
Les membres du réseau R.E.S.F., de très nombreux militants associatifs, d'organisations syndicales et politiques, de simples sitoyens en appellent au Président de la République, au premier Ministre et au Ministre de l'Intérieur
“Nous nous associons aux nombreuses protestations venant d'horizons très différents et voulons exprimer notre stupeur et notre colère face à de telles interprétations et à une instrumentalisation de notre passé. Il est inacceptable que le représentant de la République se fasse le porte-parole de discours qui semblaient une fois pour toutes enterrés et dont seule, une minorité révisionniste, en revendique encore la réalité.
Nous demandons donc que les dépositaires de l'autorité républicaine prennent les mesures qui s'imposent et qu'un tel dérapage ne reste pas impuni.“


TEMOIGNAGE :
Les relents d'une autre époque
“Non loin de moi, il y avait deux dames âgées, pas bien grandes, deux petites mamies. Deux oiseaux sur une branche, blotties l'une contre l'autre, elles se regardaient, incrédules, se poussaient du coude ; je pouvais entendre leurs respirations, lourdes, suffocantes, douloureuses. Elles tentaient de lire dans le regard de l'autre un signe qui aurait dit qu'elles se trompaient, qu'elles avaient mal entendu, mal compris... Non, l'infamie n'est pas morte ! Furtivement, elles ont baissé leurs manches sur le numéro vert et violet tatoué à l'intérier de leurs avant-bras. Mercredi après-midi, le ciel est bas et sombre, les oiseaux eux-mêmes ont cessé de chanter. Derrière le mémorial, cette double rangée de barbelés qui enferme-t-elle vraiment aujourd'hui ? La manade noire qu'on devine à l'abri d'un groupe d'arbres ou ces deux dames éperdues qui marchent têtes baissées le long de cette route nationale sans fin ?
Si lasses, si usées, soudainement si vieilles !“
- Catherine Le Guellaut (écrivain) -


contact presse : 04 90 96 59 93 _ culture@passionnes.com _ romanezesmeralda@yahoo.fr

Voir les commentaires

Fête de la Musique 2008

24 Mai 2008, 10:33am

Publié par Association Attention Culture




dans le cadre de
la Fête de la Musique
SAMEDI 21 JUIN
à l'heure de l'apéritif (19h15)

le Choeur
L'ESCANDIHADO
viendra enchanter la rue Réattu
avec son répertoire de chants d'Amérique Latine


    Un privilège car pour le groupe cette Fête de la Musique 2008, c'était ICI, rue Réattu ou nulle part ailleurs. Las sans doute de crapahuter aux quatre coins de la ville pour de courtes escales d'un quart d'heure, les choristes ont souhaité cette année pouvoir poser leurs valises et leurs notes dans le lieu à leurs yeux le plus accueillant de la cité : ESPACE SUISSES-REATTU.
    Gageons qu'au premier rang du public, l'ensemble des commerçants du quartier apprécieront tout autant la générosité du geste que la volupté de la musique !

    Le mot Escandihado vient provençal et désigne une trouée bleue dans un ciel chargé de nuages, une éclaircie dans la grisaille du quotidien. Et le groupe porte si bien ce nom qu'on le penserait inventé pour eux! Son énergie, son enthousiasme, les sourires ouverts posés sur les visage des chanteurs dans l'interprétation d'airs populaires d'
Argentine, du Vénésuéla, du Chili, des Andes ou les textes des grands poètes d'Amérique Latine en appellent au soleil, au rayonnement... Ils savent aussi donner de l'émotion pure et on garde encore en mémoire la version de la Missa Criola qu'ils avaient donnée pendant les journées de la Harpe, nuancée, sensuelle, éblouissante de sensibilité.

    Engagés et militants associatifs, les membres de l'
ESCANDIHADO sont également organisateurs de concerts. On se souviendra particulièrmeent des QUILAPAYUN cet hiver au Théâtre Municipal, de LOS CALCHAKIS au même endroit deux ans plus tôt.


Voir les commentaires

RENCONTRE 2008

23 Mai 2008, 11:14am

Publié par Association Attention Culture

"Tout ce qui n'est ni donné, ni partagé est perdu",
dit un proverbe manouche.


RENCONTRE 2008
SIOUX LAKOTA – MAASAÏ – GITANS -TIBÉTAIN

Par millions, de 1877 au début des années 1930, les Français, sont allés à la rencontre de l’autre à travers les zoos humains, expositions ethnologiques mêlées à des bêtes sauvages. De nombreux lieux présentaient de tels spectacles à l’image des expositions universelles parisiennes de 1878, de 1889, les expositions coloniales à Marseille en 1906.
Avec l’établissement des empires coloniaux, la puissance des représentations de l’autre impose la nécessité de le dominer, de le domestiquer et donc de le représenter. La mécanique coloniale d’infériorisation de l’indigène se met en marche : ils sont des sauvages - bestialité, goût du sang, fétichisme obscurantiste - ce qui accrédite l’idée d’une sous-humanité.
Un siècle plus tard…. la mondialisation, les avions, les amours et la culture…
"Toutes les veines et les artères véhiculent du sang rouge... Je ne vois que les ressemblances et non les différences",  lance Esméralda Romanez
"Pour avoir de l’avenir, il faut avoir de la mémoire", disait Frédéric Mistral.
"L’avenir, c’est une histoire qui continue", répond Dominique  Garrel.

Il n'y a ici qu'une communauté de femmes et d'hommes, ceux d'une seule et même terre que les ressemblances unissent bien plus profondément que leurs apparentes différences séparent... Il y a tant à partager quand on se regarde au fond des yeux !!!

RENCONTRES 2008
propose tout simplement de poursuivre cette histoire !

Le samedi 14 juin à Fourques
10 h 30 - Accueil à la mairie ‘présence de 12 Arlésiennes dont 2 péquelettes en costume. plus 4 ou 5 gardians (Atout Sud et manade Aubanel).
11 h 00 - Inauguration du totem de la Rencontre
11 h 30 - Apéritif dans le château de Fourques
12 h 30 - Repas
14 h 30 - On plante les arbres de la rencontre et on se rend dans une ferme
14 juin aux Saintes-Maries-de-la-Mer
19 h 00 - Réception par le Club taurin Ricard à l’Amarée
20 h 00 - Rendez-vous au Cimbeu – tombe de Baroncelli pour une soirée amicale. On se fait une soirée sympa d’amis avec des musiciens (ils devraient être nombreux divers et on devrait faire un grand bœuf au pays des taureaux !)
15 juin à Arles
9 h 30 - Petite réception et visite du Musée de la Camargue, Aimargues
12 h 00 - Accueil à Rieutord et apéro, repas (12h 45)
15 h 00 - Cérémonie au totem des prés édifié dans le cadre de la rencontre des enfants d’Aimargues avec des enfants Maliens
15 h 30 - Visite de la Camargue ethnobotanique et zoologique, suivie de la prestation de Lise Gros (conteuse)

Contacts :
Dominique Garrel : 04 66 54 00 82 ou par mail
Hervé Robert (Sioux Lakota)04 66 24 87 07 ou par mail
Catherine Kieffer-Sencho (Maasaï) - Simon Sencho (centre culturel d’Oloorkarian) : 04 94 85 50 65 ou 06 87 16 00 05 ou par mail
Pierrette Agniel (Tibet) : 06 16 99 42 76 ou par mail
Esméralda Romanez (Gitans) : 06 67 21 53 33 ou par mail
Calleriza Olivier (Camargue) : 04 66 88 55 30 ou 09 51 06 54 20 ou par mail
Cathy Dominique Théo et Louis Garrel
04 66 54 00 82 ou 09 71 29 62 61

Voir les commentaires

De la terre à l'assiette

22 Mai 2008, 09:39am

Publié par Association Attention Culture


ouvre son point de vente
solidaire & coopératif

Samedi 31 mai 2008 - 10h à 18h
quartier Grifeuille, 4 rue Kennedy à Arles

Un espace collectif de vente de fruits & légumes frais, produits locaux & de saison entre Producteurs & Consommateurs
Des prix équitables
pour les Producteurs, une juste rémunération, sans intermédiaire,
pour les Consommateurs, des prix adaptés aux revenus des ménages
Des animations autour de l'alimentation
Rencontres avec les producteurs, ateliers cuisine, échanges recetes...

lire article "la Provence" du 18 avril 2008
Accès en bus :
ligne 2 vers Pont de Crau, arrêt Kennedy ou  Vallès (en fonction des horaires)
ligne 3 vers Hongrie, arrêt Vallès


Siège de l'Association Solid'Arles, de la terre à l'assiette :
Maison de la Vie Assoicative, Boulevard des Lices, 13200 Arles

Voir les commentaires

Commémoration à Saliers

2 Mai 2008, 10:08am

Publié par Association Attention Culture

- sculpture de Jean-Claude Guerri -


A l'invitation de
la Fondation pour la Mémoire de la Déportation
et de
l'Association pour la mémoire de l'Internement et de la déportation des Tsiganes,
la cérémonie commémorative
de l'internement des Tsiganes au camp de Saliers
aura lieu
le mercredi 21 mai 2008 à 15h00
devant le  monument dédié à la mémoire des Tsiganes
internés pendantla Seconde Guerre Mondiale
en présence de Monsieur le Sous-Préfet d'Arles et de Monsieur le Maire d'Arles.

Le monument se situe en rase campagne, sur la D37, route de Saliers, en direction d'Albaron et les Saintes-Maries.

lire article "Quand le gouvernement de Vichy internait les tsiganes" (2006)

Cette cérémonie du 21 mai 2008 a donné lieu à des débordements verbaux intolérables et inquiétants de la part du sous-préfet d'Arles Jacques Simonet.
voir le film
voir pages web réactions / commémoration
lire article dans l'Humanité du 31 Mai 2008

Pour la première fois de son histoire, l'Association Attention Culture ! a estimé l'évènement assez grave pour statuer lors de son conseil d'administration du 4 juin 2008, sur l'envoi d'un communiqué à l'ensemble de la presse régionale et nationale pour manifester son indignation et faire que des propos aussi déplacés et négationnistes ne puissent être réitérés.             lire le communiqué

Voir les commentaires