Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

Waed Bouhassoun : nouvel album

28 Janvier 2017, 10:28am

Publié par Association Attention Culture

Une longue et émouvante standing ovation avait salué son concert durant la semaine de Convivència en 2016.

Waed BOUHASSOUN vient de sortir un nouvel album “La voix de la passion“. (en commande chez Passionnés.cOm 04 90 47 55 35) où elle interprète deux facettes différentes du riche art vocal arabe. La première est celle inspirée par la poésie nabatéenne du sud de la Syrie et l’autre celle de la poésie classique, telle qu’elle s’est développée notamment dans l’Andalousie musulmane, au cours des huit siècles (711-1492) de la présence de l’islam en Espagne.

Elle est accompagnée sur certains titres par Moslem Rahal, virtuose de la flûte ney. 

Télérama aime passionnément (4 clefs) et le dit :

Très jeune, elle est descendue de son village de la montagne druze, au sud de la Syrie, petite joueuse de oud à la voix d'or devenue depuis l'une des plus grandes chanteuses du monde arabe. Ce troisième disque en solo est une splendeur. Jamais sa voix d'alto si pure, si intense n'avait résonné avec autant de majesté et d'amplitude. Ce n'est pas que la chanteuse de musique classique arabe, diva d'une grande pudeur, renonce à sa sobriété naturelle et cède à l'emphase. Mais plutôt que sa sensualité semble s'être débridée : on entend davantage la femme dans ces vers qui exaltent le désir, la douleur de la séparation ou même le sentiment patriotique. Le travail du son, plus réverbéré, donne également de la profondeur à son chant, en souligne mieux le relief. D'autant plus que ce répertoire-là fait la part belle à la poésie nabatéenne du sud de la Syrie, qui la révèle dans un registre plus guttural, plus âpre dans les intonations. L'accompagne alors, sur des épisodes nostalgiques de guerriers, de nomades ou de chameliers, la flûte ney de Moslem Rahal, rencontré lors de leurs aventures communes avec Jordi Savall. Voix mélancolique et volutes enveloppantes en osmose, ces duos bouleversent. — Anne Berthod

Commenter cet article