Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

Articles avec #arles memoires ouvrieres

Projection "De mémoires de papetiers"

25 Janvier 2014, 14:58pm

Publié par Association Attention Culture

"De mémoires... de papetiers"

Projection à Trinquetaille

Le quartier de Trinquetaille a vécu pendant presque 100 ans au rythme des papeteries Etienne et nombres des anciens salariés y demeurent. Projeter “De mémoires... de papetiers“ dans le quartier de l'usine est non seulement une évidence, mais a aussi une valeur humaine hautement symbolique : redonner publiquement aux papetiers leur dignité en présence de la population, de leurs voisins, de leurs familles et leur rendre hommage.
Cette projection gratuite est organisée par le Comité d'Intérêt de Quartier de Trinquetaille, avec le soutien de la Ville d'Arles.
Vendredi 7 février à 19h00
Ecole André Benoit, 3 bis rue André Benoit à Arles.
Le pot de l'amitié sera offert par la mairie annexe à l'issue de la projection.
et le DVD en exclusivité (12 €) !
production Attention Culture, réalisation rHumeurs
dans le cadre du projet Mémoires Ouvrières Arlésiennes
Projection "De mémoires de papetiers"

“être papetier, ce n'était pas rien !“

Comme nombre d'entreprises industrielles, les Papeteries Etienne dans le quartier de Trinquetaille à Arles sont passées aux mains de groupes internationaux pour qui l'humain n'est qu'une valeur d'ajustement avec laquelle on joue sans état d'âme pour d'augmenter les profits des gros actionnaires. L'histoire de la meilleure boite de la ville s'arrête alors brutalement un matin de juin 2009 avec la fermeture de l'usine et 109 salariés licenciés.

Pourtant, pour toutes celles et tous ceux qui y ont travaillé, être papetier, ce n'était pas rien ! mêlant dans la même exclamation teintée d'amertume, la dureté et l'exigence de la tâche et la fierté d'appartenir à cette famille ouvrière-là.

Témoins parmi d'autres, Marius, Denise, Marc, Françoise, Jean-Marie, Grégory, Annie, Mickaël ou Jean nous ont ouvert leurs portes et leurs cœurs pour évoquer leurs souvenirs, pour que leurs vies de papetiers puissent rester en mémoire.

Salle comble ; plus de 150 personnes sont venues assister à la projection. Bien des larmes d'émotion essuyées avant que la salle ne se rallume !

CleG

Voir les commentaires

"De mémoires... de papetiers" : le générique

25 Janvier 2014, 13:35pm

Publié par Association Attention Culture

Film conçu de manière collégiale par les associations Attention Culture et rHumeurs, avec le soutien du Museon Arlaten et du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

  • réalisation : Jean-Pierre ANTINOUX
  • image : Sylvette CÉSAR, Jean-Pierre ANTINOUX
  • prise de sons : Jean-Pierre PROPHÈTE, Mathieu CHEVALLIER
  • musique originale : Studio S.S.S.U.P.A.
  • Voix : Laurent DÉMICHEL
  • médiateur : Jean-Marie GUILLOT
  • entretiens : Catherine LE GUELLAUT, Alain RUIZ, Françoise LAGIER, Annie ALHEILY, Annie GUILLOT
  • témoignages de : Marc BERMOND, Marius BOISSET, Michaël CHAUWIN, Rémi GRÉGORY, Denise GUILLERME, Jean-Marie GUILLOT, Annie GUILLOT, Françoise MARTIN, Jean MONTET
  • coordinateurs de projet : Jean COLOMINA, Catherine LE GUELLAUT.

durée : 45 mn 27

Remerciements à : Nicolas Koukas, Alain Dumas, Philippe Rigaud, Nathalie Vardo, Nils Artigo, Françoise David, Kristel Alelial, Gaëlle Touzery, les commerçants du quartier de Trinquetaille, le moulin à papier artisanal Vallis Clausa.

Voir les commentaires

vient de paraître "De mémoires de papetiers", le dvd

7 Mars 2013, 01:32am

Publié par Association Attention Culture

“être papetier, ce n'était pas rien !“

Comme nombre d'entreprises industrielles, les Papeteries Etienne dans le quartier de Trinquetaille à Arles sont passées aux mains de groupes internationaux pour qui l'humain n'est qu'une valeur d'ajustement avec laquelle on joue sans état d'âme pour d'augmenter les profits des gros actionnaires. L'histoire de la meilleure boite de la ville s'arrête alors brutalement un matin de juin 2009 avec la fermeture de l'usine et 109 salariés licenciés.

Pourtant, pour toutes celles et tous ceux qui y ont travaillé, être papetier, ce n'était pas rien ! mêlant dans la même exclamation teintée d'amertume, la dureté et l'exigence de la tâche et la fierté d'appartenir à cette famille ouvrière-là.

Témoins parmi d'autres, Marius, Denise, Marc, Françoise, Jean-Marie, Grégory, Annie, Mickaël ou Jean nous ont ouvert leurs portes et leurs cœurs pour évoquer leurs souvenirs, pour que leurs vies de papetiers puissent rester en mémoire.

voir le générique

prix : 12 €

disponible à Arles :

  • chez MusiqueS-Arles, disquaire - 14 rue Réattu
  • bureau de presse de Trinquetaille

ou par correspondance (ajouter 3€ de frais de port) auprès de Association Attention Culture - 14 rue Réattu - 13200 Arles

vient de paraître "De mémoires de papetiers", le dvd

Voir les commentaires

Mémoires ouvrières croisées

9 Février 2013, 19:33pm

Publié par Association Attention Culture

affiche 8 MARS

DANS LA PRESSE

 

Un jour, quand les magnétophones n'auront plus de paroles à recueillir, les vainqueurs – ceux qui décident ici de fermer, là de déplacer ou ailleurs de délocaliser - auront définitivement gagné. L'histoire ne comprendra plus alors ni ouvriers, ni usines et des existences par milliers, des vies entières tomberont dans l'oubli et l'indifférence...

Aujourd'hui, il y a encore des micros, des caméras pour recueillir les paroles, et encore des personnes pour les livrer et faire sonner ces tranches de vies ouvrières.

 

 

Mémoires ouvrières croisées

 

À Arles, depuis 2011, les associations Attention Culture et rHumeurs ont entamé un travail de collectage auprès des anciens salariés des entreprises industrielles de la ville – aujourd'hui disparues pour la plupart. À la clef, la réalisation d'un film consacré aux papeteries Etienne d'Arles, premier d'une série à venir.

 

À Marseille, la comédienne Edmonde Franchi et la compagnie Cocktail Théâtre ont enquêté du côté des cigarières de la Seita à la Belle de Mai à Marseille, recueillant une mémoire “sexuée“ quand les ouvriers sont ouvrières, quand parler travail c'est aussi dire l'histoire des femmes. Ce qui a donné lieu à l'écriture et la création d'un spectacle théâtre ponctué de chants.


les deux démarches valaient bien une rencontre ! 

C'est ce que propose l'association Attention Culture avec la soirée

Etienne, Carmen et les autres

pour son premier rendez-vous de Convivència de Printemps

le vendredi 8 mars à 19h00

au Grenier à Sel (quai de la Roquette à Arles)


deux usines, deux usines fermées,

l'une, il n'y a pas très longtemps, ici à Arles,

l'autre plus ancienne à Marseille,

des ouvrières, des ouvriers parlent, crient, se taisent...

témoignages

  • projection du film “ De mémoires de papetiers... 

    en avant – première, en présence des témoins suivie d'une discussion

  • buffet convivial

  • spectacle théâtre et chant “ Carmenseitas 

    dans le cadre de “Femmes en mouvement“suivi d'une discussion

 

tarifs :

12 € et 10 € (*) incluant la projection du film, le spectacle théâtral et le buffet.

(*)tarif réduit pour les étudiants, les demandeurs d'emploi, les adhérents d'Attention Culture, de rHumeurs, de l'Amadip et des associations membres du collectif “Femmes en mouvement“

 

réservation  (fortement recommandée, nombre limité de places) à l'aide du bulletin ou chez :

- association Attention Culture – 14 rue Réattu – Arles

- la cave de Trinquetaille – avenue de la Gare Maritime – Arles

 

information  auprès de l'Association Attention Culture : 04 90 96 59 93

culture@passionnes.com           convivencia.over-blog.net

Voir les commentaires

journées de la mémoire 2010

15 Février 2010, 16:06pm

Publié par Association Attention Culture

programme :

organisées par le Centre de la résistance et de la déportation du pays d'Arles

  • CEREMONIE de "l’Affiche Rouge" : Dimanche 21 février 2010 à 11h Square Manouchian
  • EXPOSITION "Les Cheminots dans la Résistance en Provence 1939-1945" : Du 1er au 21 mars, de 8h à 18h (sauf les week-end) I.U.T. d’Arles, Cité Yvan Audouard
  • CONFERENCE : Vendredi 12 mars à 18h "La Résistance cheminote en Provence" par Robert Mencherini, Historien, spécialiste de la Provence et des Bouches du Rhône.
  • PROJECTION du FILM "CHEMINOTS" : Vendredi 19 mars à 20h30 – Cinéma le Méjean suivi d'un DEBAT en présence de Robert Mencherini, Historien et de Raymond Aubrac, Grand Résistant.
  • LECTURE – CONFERENCE – DEBAT (avec UPOP Arles) "La délation, un mal banal ?" par Alain Guyard, auteur et enseignant de philosophie. Vendredi 5 mars à 19h Auditorium du Lycée Pasquet
  • Atelier d’écriture le 2 mars au Lycée Pasquet de 18h30 à 21h30 (sur inscription).

Voir les commentaires

MEMOIRES OUVRIERES : des liens

13 Février 2010, 18:06pm

les réunions :

quelques liens :

 

 

Voir les commentaires

MEMOIRES OUVRIERES : rencontres relais entreprises 1

10 Février 2010, 09:13am

Publié par Association Attention Culture

compte-rendu
rencontre des relais entreprises - mardi 9 février 2010

1/ TOUR DE TABLE de PRESENTATION :
  • Jean Colomina (président association attention Culture), Alain Ruiz (assos attention Culture et rHumeurs), Jean-Pierre Antinoux (ex-Lustucru et association rHumeurs), Albert Laugier (ex-cmp), Henri Tisseire (ex-chantiers de Barriol), Denis Sgherri et Paul Debard (notamment asso des anciens de Pasquet), Catherine Le Guellaut (asso attention Culture), Sophie Bovero (assos rHumeurs et attention Culture), Sylvie Ruiz (la Poste), Annie Alheilly (asso attention Culture)
  • étaient excusés : Franck Hemery (les deux entreprises de Salin-de-Giraud), Jean-Marie Guillot (ex-papeterie Etienne), Pierre Vallorani (ex-ateliers sncf)
2/ LES GRANDES LIGNES DU PROJET (voir dossier)
Rappel : pourquoi avoir lancé le projet « Mémoires Ouvrières » ? :
  • l'association Attention Culture, qui organise notamment les rendez-vous de Convivència a toujours situé ses programmations artistiques dans leur environnement historique, social et culturel. Elle a notamment pour but la création de passerelles entre le public et les artistes, entres les disciplines artistiques et oeuvre pour une culture populaire où chacun est acteur de sa propre construction.
  • L'association rHumeurs a pour objet la réalisation de films de caractère documentaire (pour l'instant) où le collectage de témoignages est centré sur l'humain. Elle oeuvre aussi pour que chacun devienne un acteur décisif dans la production d'images, de sons, d'informations...
L'échéance 2013 est une opportunité dans le cadre du projet Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013, mais ce n'est pas une fin en soi, au contraire, si le projet peut être une impulsion vers quelque chose de pérenne, ce n'en sera que mieux.

3/ ELEMENTS DE LA DISCUSSION :
  • Il faut faire attention à ne pas faire de la mémoire pour la mémoire, mais situer les choses dans une dynamique qui ouvre des perspectives : il y a eu des fins d'activités comme des échecs, mais il s'est aussi passé des choses fortes, des initiatives (notamment de reprises d'activités dans le cadre de l'économie sociale et solidaire) qui réussissent et qui marchent.
  • Il serait intéressant de pouvoir analyser le pourquoi des échecs.
  • La place de l'enseignement et de la formation professionnelle dans le processus d'industrialisation : les formations proposées sont en lien direct avec les besoins concrets de leur époque et ont évolué en fonction des transformations des nécessités du bassin d'emploi.
  • Important que les restitutions puissent concerner les travailleurs d'aujourd'hui, soient l'objet de rencontres inter-générations et permettent une transmission.
  • Important également le fait de prévoir l'utilisation des lieux du travail (en activité, transformés ou abandonnés) dans ces restitutions est également très  important.
  • Le financement : le projet tel qu'il est actuellement est très ambitieux et nécessitera des soutiens financiers importants. Il va être défendu auprès de Marseille 2013 dans ce sens, mais aussi auprès des collectivités territoriales qui subventionnent l'association Attention Culture pour l'ensemble de ses programmes d'activités. En fonction des soutiens financiers obtenus, le projet pourra être révisé dans sa forme, mais surtout pas des ses fondements. On a jamais attendu des financements pour faire !

4/ ESQUISSE DE METHODOLOGIE :
  • La nature des matériaux collectés peut être très diverse : il y aura évidement les témoignages filmés des personnes des entreprises (chez elles ou sur les sites), mais aussi les archives des uns et des autres, tous les objets liés à l'entreprise : photos, articles de journaux, tracts, outils, vêtements professionnels...
  • Le rôle des relais dans chaque entreprise (une personne ou groupe) est de repérer les porteurs de mémoire de leur entreprise, de les contacter pour leur raconter le projet (individuellement ou collectivement, seuls ou avec nous), de faciliter les prises de rendez-vous pour les séances de tournage,
  • Il est aussi important que les relais puissent échanger d'une entreprise à l'autre, de créer des transversalités et constituent un cercle-conseil auprès des associations Attention Culture et rHumeurs pour que la suite de l'histoire autour du projet devienne une réelle aventure collective, construite et conduite en commun.
  • Entre maintenant et 2013, il va y avoir des rencontres, des temps-escales où des états du travail seront redonnés aux porteurs de mémoire (visionner les rushes, assister à des répétitions... par exemple), mais également pour confronter ce vécu arlésien à d'autres venus d'ailleurs (programmation d'un film de Carpita, d'une pièce de théâtre, par exemple,...), sortir du territoire local en invitant d'autres regards... vers une vision plus universelle.
  • À titre indicatif, rHumeurs précise que ses disponibilités pour filmer sont le vendredi, le samedi, le dimanche.

5/ CONCLUSION :
  • Les présents valident que le projet commun est lancé dès à présent.
  • La balle est maintenant dans le camp des relais pour faire avancer le projet de leur côté. Les membres des deux associations étant bien évidement à leur disposition pour intervenir à leurs côtés s'il le faut.
  • Il a été beaucoup fait référence au film “Rendez-vous au bout du monde“ réalisé sur la mémoire des gens de Salin. Il a été admis que sa programmation devrait être prévue à l'occasion de notre prochaine rencontre.

Voir les commentaires

MEMOIRES OUVRIERES : les relais entreprises

15 Décembre 2009, 09:24am

Publié par Association Attention Culture

Rôle des personnes relais = médiateurs = tête de réseau
  • entre le projet et les porteurs de mémoire qui seront filmés
  • entre le projet et les autres employés de l'entreprise
  • première réunion : 9 février 2010 pour présenter le projet

Inventaire des personnes relais pressenties :
  • ateliers SNCF = Pierre Vallorini
  • CMP (construction métallique de Provence) = Albert Laugier
  • Papeteries Etienne = Jean-Marie Guillot
  • Chantier Naval de Barriol = Henri Tissère
  • Lustucru = Jean-Pierre Antinoux
  • Salins, Solvay = Franck Hemery
  • La Poste = Sylvie Ruiz
  • Crédit Agricole = Jean-Luc Moggi
  • formation CAP =Denis Sgherri, Paul Debard

Les porteurs de mémoire :
  • Avec la personne-relais, on choisira 3 à 5 témoins par entreprises.
  • On veillera à ce que le panel des personnes interrogées soit équilibré entre :
    • militant / non militant
    • français / immigrés
    • hommes / femmes
    • jeunes / vieux
    • mari / femme
    • retraités / actifs

Les grands axes du questionnement :
  • le travail,
    • en quoi consistait-il ?
    • l'outil de travail,
    • le savoir faire,
    • les mains, les outils
    • l'appartenance à un groupe
  • “mon“ histoire dans l'entreprise
    • le quotidien
    • les luttes
    • vie sociale, solidarités
  • l'avenir
    • le site
    • les espoirs

Voir les commentaires

MEMOIRES OUVRIERES : le projet

28 Octobre 2009, 09:54am

Publié par Association Attention Culture

MÉMOIRES OUVRIÈRES
ARLES – HIER – DEMAIN ©

projet proposé dans le cadre de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture 2013

par
l'association Attention Culture
14 rue Réattu – 13200 ARLES
04 90 96 59 93
culture@passionnes.com
http://convivencia.over-blog.net
en partenariat avec
l'association rHumeurs
Média associatif indépendant
06 21 30 28 40
jeanpierre.antinoux@free.fr



Après la magnifique exposition “Rizdici“ de Guillaume Amat sur les “Lustucru“ réalisée en 2006 à l'initiative de l'association l'Artscène
Après les projets conduits par l'association Attention Culture ! En 2007, 2008, 2009 qu'elle continue de faire évoluer en partenariat avec les associations “rHumeurs“, “Camargo Souvajo“ et “Ventadis“ :
- le spectacle “De l'Or blanc en héritage“, création musique, chant et narration de Guylaine Renaud et Gaël Hemery
- la réalisation du film “Rendez-vous au bout du monde ou comment je suis arrivé là“ de Jean-Pierre Antinoux et sa diffusion notamment à Salin dans le cadre du Festival de la Camargue suivie de l'embrasement des salines par le groupe F,
notre association entend poursuivre le travail engagé qui relie histoire et société, mémoire, culture et création artistique dans un projet à long terme.

MÉMOIRES OUVRIÈRES
ARLES – HIER – DEMAIN ©

Entre le début et la fin du XXème siècle, Arles l'industrielle a cessé de vivre au rythme des sirènes d'usines et des sons des ateliers. Pourtant le coeur des Arlésiens bat encore au simple souvenir des Ateliers SNCF, des papeteries Etienne, de la CMP, des chantiers navals, de Lustucru, de Solvay, des Salins-du-Midi... autant d'entreprises qui sont partie intégrante de l'histoire de la ville et de ses habitants.
Malgré la lutte, malgré l'acharnement des travailleurs à maintenir leur usine et leurs emplois, la conclusion a été presque toujours la même : fermeture, licenciements, réduction d'activité, délocalisations, ... et comme une absence, un vide, un oubli, une négation...
Portées par ceux qui en ont été les acteurs, ces histoires et ces luttes ouvrières sont une mémoire vivante – vivace – et constituent un aspect culturel et patrimonial de la cité. Capter cette mémoire avant qu'elle ne disparaisse avec ceux qui en sont les dépositaires est indispensable, restituer et mettre en valeur ces histoires humaines une nécessité sociale et culturelle pour demain et pour le territoire – celui d'Arles et de la Provence certes, mais aussi de toute l'Europe, principalement méditerranéenne, d'où de nombreux ouvriers concernés étaient originaires.

A partir du collectage des éléments de mémoire, en confrontant les expériences, les vécus, les connaissances, les compréhensions de chacun, il s'agit de dépasser la nostalgie du passé et l'amertume (voire le drame humain où la douleur reste parfois vive) pour se projeter dans l'avenir en faisant vivre cette mémoire dans sa dignité, dans son invention, dans son énergie...
Les matériaux collectés seront des mots, des textes, des images, des photos, des gestes, des chants, des objets, des sons... ils auront la couleur du rire, de l'émotion, des larmes ou de la colère, l'odeur du cambouis, du feu ou du papier, les sons des machines, des ordres, des confidences. Leur mise en relation, en opposition, en complémentarité ouvre d'autres perspectives : celles de la reconnaissance, de la réhabilitation même de la culture ouvrière en tant que culture à part entière, que ciment social et patrimoine commun à partager dans ce qu'il est à la fois local et universel. Comme une matière première brute, les éléments de collectage sont proposés aux créateurs et à des scientifiques (ethnologues, linguistes, historiens,... ) pour organiser la transmission de cette mémoire et en donner une lecture contemporaine tournée vers demain qui puisse être à la fois événementielle (expositions, spectacles, performance,...) et pérenne (préfiguration d'un lieu de mémoire ouvrière et industrielle pour demain)

Quand, comment :
phase 1 : recherche des porteurs de mémoire : voir fiche 1
phase 2 : rencontre et collectage (entretiens individuels ou collectifs, prise de son, d'images, inventaire des archives personnelles...) : voir fiche 1
phase 3 : organisation du collectage par thèmes transversaux inter-entreprise
phase 4 : choix collectif des lignes de restitution possibles
phase 5 : présentation des matériaux aux créateurs (plasticiens, auteurs, danseurs, comédiens, cinéastes, scénographes, musiciens, ...)
phase 6 : travail des créateurs, stages, répétitions, résidences (individuelles et collectives)
phase 7 : structuration de thématiques d'expositions, d'installations... (“mon petit musée personnel“)
phase 8 : programmation d'une série de grands évènements publics, dans les lieux-usines (la Grande Halle évidemment, à Salin,... mais aussi dans les ateliers des entreprises en activité, les centres d'apprentissages et les lieux de formation) : expositions, spectacles, performances, projections, conférences...
Les porteurs de mémoire seront pleinement associés à toutes les phases en tant que personnes ressources, relais d'information et acteurs de la mise en perspective de leur propre histoire.

Qui, avec qui :
  • les initiateurs du projet = le collectif des associations ayant déjà engagé un travail collectivement autour du film sur Salin-de-Giraud
    • Attention Culture ! Maîtrise d'oeuvre et coordination artistique
    • rHumeurs pour le collectage audio-visuel
    • Camargo Souvajo et Ventadis pour leurs connaissances historiques
ET
  • les porteurs de mémoire
    • réseau à structurer via des personnes-relais qui élargiront le cercle avec les associations de retraités, les syndicats  : voir fiche 1
  • les conservateurs et les animateurs de mémoire :
    • les musées (le Museum Arlaten notamment),
    • la Médiathèque,
    • les archives,
    • les télévisions, la presse locale et régionale,
    • les historiens,
    • les associations liées à l'histoire et la mémoire (Amis du Vieil Arles, asso de préfiguration du musée Sncf, asso pour un musée de la résistance...)
  • les créateurs :
    • compagnies de théâtre
    • compagnies de danse,
    • musiciens,
    • auteurs, écrivains,
    • arts plastiques toutes disciplines confondues,...
  • les parrains (personnalités, artistes ou groupement d'artistes notamment que le projet intéresse à un niveau plus ou moins important)
    • Denis Gheerbrandt qui a déjà donné son accord
    • Jean-Paul Carpita
    • Chris Marker avec la société Iskra (Image, son kinescope et réalisations audiovisuelles) qui soutient, produit et commercialise des films documentaires sur le monde du travail. Est également très intéressé par la démarche cinématographique de rHumeurs et par notre projet.
    • Robert Guédiguian

Voir les commentaires