Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

MEMOIRES OUVRIERES : rencontres relais entreprises 1

10 Février 2010, 09:13am

Publié par Association Attention Culture

compte-rendu
rencontre des relais entreprises - mardi 9 février 2010

1/ TOUR DE TABLE de PRESENTATION :
  • Jean Colomina (président association attention Culture), Alain Ruiz (assos attention Culture et rHumeurs), Jean-Pierre Antinoux (ex-Lustucru et association rHumeurs), Albert Laugier (ex-cmp), Henri Tisseire (ex-chantiers de Barriol), Denis Sgherri et Paul Debard (notamment asso des anciens de Pasquet), Catherine Le Guellaut (asso attention Culture), Sophie Bovero (assos rHumeurs et attention Culture), Sylvie Ruiz (la Poste), Annie Alheilly (asso attention Culture)
  • étaient excusés : Franck Hemery (les deux entreprises de Salin-de-Giraud), Jean-Marie Guillot (ex-papeterie Etienne), Pierre Vallorani (ex-ateliers sncf)
2/ LES GRANDES LIGNES DU PROJET (voir dossier)
Rappel : pourquoi avoir lancé le projet « Mémoires Ouvrières » ? :
  • l'association Attention Culture, qui organise notamment les rendez-vous de Convivència a toujours situé ses programmations artistiques dans leur environnement historique, social et culturel. Elle a notamment pour but la création de passerelles entre le public et les artistes, entres les disciplines artistiques et oeuvre pour une culture populaire où chacun est acteur de sa propre construction.
  • L'association rHumeurs a pour objet la réalisation de films de caractère documentaire (pour l'instant) où le collectage de témoignages est centré sur l'humain. Elle oeuvre aussi pour que chacun devienne un acteur décisif dans la production d'images, de sons, d'informations...
L'échéance 2013 est une opportunité dans le cadre du projet Marseille Provence capitale européenne de la culture 2013, mais ce n'est pas une fin en soi, au contraire, si le projet peut être une impulsion vers quelque chose de pérenne, ce n'en sera que mieux.

3/ ELEMENTS DE LA DISCUSSION :
  • Il faut faire attention à ne pas faire de la mémoire pour la mémoire, mais situer les choses dans une dynamique qui ouvre des perspectives : il y a eu des fins d'activités comme des échecs, mais il s'est aussi passé des choses fortes, des initiatives (notamment de reprises d'activités dans le cadre de l'économie sociale et solidaire) qui réussissent et qui marchent.
  • Il serait intéressant de pouvoir analyser le pourquoi des échecs.
  • La place de l'enseignement et de la formation professionnelle dans le processus d'industrialisation : les formations proposées sont en lien direct avec les besoins concrets de leur époque et ont évolué en fonction des transformations des nécessités du bassin d'emploi.
  • Important que les restitutions puissent concerner les travailleurs d'aujourd'hui, soient l'objet de rencontres inter-générations et permettent une transmission.
  • Important également le fait de prévoir l'utilisation des lieux du travail (en activité, transformés ou abandonnés) dans ces restitutions est également très  important.
  • Le financement : le projet tel qu'il est actuellement est très ambitieux et nécessitera des soutiens financiers importants. Il va être défendu auprès de Marseille 2013 dans ce sens, mais aussi auprès des collectivités territoriales qui subventionnent l'association Attention Culture pour l'ensemble de ses programmes d'activités. En fonction des soutiens financiers obtenus, le projet pourra être révisé dans sa forme, mais surtout pas des ses fondements. On a jamais attendu des financements pour faire !

4/ ESQUISSE DE METHODOLOGIE :
  • La nature des matériaux collectés peut être très diverse : il y aura évidement les témoignages filmés des personnes des entreprises (chez elles ou sur les sites), mais aussi les archives des uns et des autres, tous les objets liés à l'entreprise : photos, articles de journaux, tracts, outils, vêtements professionnels...
  • Le rôle des relais dans chaque entreprise (une personne ou groupe) est de repérer les porteurs de mémoire de leur entreprise, de les contacter pour leur raconter le projet (individuellement ou collectivement, seuls ou avec nous), de faciliter les prises de rendez-vous pour les séances de tournage,
  • Il est aussi important que les relais puissent échanger d'une entreprise à l'autre, de créer des transversalités et constituent un cercle-conseil auprès des associations Attention Culture et rHumeurs pour que la suite de l'histoire autour du projet devienne une réelle aventure collective, construite et conduite en commun.
  • Entre maintenant et 2013, il va y avoir des rencontres, des temps-escales où des états du travail seront redonnés aux porteurs de mémoire (visionner les rushes, assister à des répétitions... par exemple), mais également pour confronter ce vécu arlésien à d'autres venus d'ailleurs (programmation d'un film de Carpita, d'une pièce de théâtre, par exemple,...), sortir du territoire local en invitant d'autres regards... vers une vision plus universelle.
  • À titre indicatif, rHumeurs précise que ses disponibilités pour filmer sont le vendredi, le samedi, le dimanche.

5/ CONCLUSION :
  • Les présents valident que le projet commun est lancé dès à présent.
  • La balle est maintenant dans le camp des relais pour faire avancer le projet de leur côté. Les membres des deux associations étant bien évidement à leur disposition pour intervenir à leurs côtés s'il le faut.
  • Il a été beaucoup fait référence au film “Rendez-vous au bout du monde“ réalisé sur la mémoire des gens de Salin. Il a été admis que sa programmation devrait être prévue à l'occasion de notre prochaine rencontre.

Commenter cet article