Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

TROUBADOURS d'HIER et d'AUJOURd'HUI

11 Juillet 2007, 03:20am

Publié par Association Attention Culture

CONVIVENCIA 2007
Mercredi 11 Juillet
17h00, Ecole Léon Blum
rencontre témoignage

Troubadours d'hier et d'aujourd'hui : L'art de Trouver
Troubadour e troubairis, d'aièr e de vuei : L'art de trouba
Trobadors e trobairitz, d'aièr e de vuei : L'art de trobar

Trouver (de tropare, faire des tropes) pour les Trobadors (hommes) et les Trobairitz (femmes) était l'art de poser sur les idées, sur les émotions, sur les argumentaires, les mots les plus justes pour en souligner les nuances, de traquer les verbes essentiels pour en rendre toute la sensibilité, l'humour ou l'absurdité. Un art inventif, novateur pour parler de la marche du monde, de la société, de la justice, de la place des femmes, de la tolérance ou de l'infinie palette des sentiments humains..
Est-ce uniquement dans la langue, dans le mot, dans le verbe que réside la force
des Troubadours pour avoir traversé les siècles et les frontières ? Est-ce seulement dans l'universalité des thèmes abordés, dans la manière d'exprimer des idées simples ou complexes que se découvre une modernité déconcertante ?
A partir d'une approche des écrits dans de leur contexte historique et social, on lancera la balle du débat du côté des musiciens et poètes d'aujourd'hui - interprètes ou créateurs - qui réagiront avec leurs différentes sensibilités, leurs divers engagements, forts de leurs pratiques artistiques et diront pourquoi et comment ils se reconnaissent et se revendiquent 
aujourd'hui d'un héritage vieux de mille ans : celui des Troubadours.

back-2007.jpg

Modérateur : Viviane ROUX (enseignante et passionnée des troubadours, IEO Pays d'Arles et Association Attention Culture !)
t
émoignages de :
Michèle STENTA (universitaire, professeur à l'IUFM de Montpellier, spécialiste de l'histoire des troubadours), Delphine AGUILERA (trobairitz), Guylaine RENAUD (femme troubadour)

Ecoutez le débat (ici)



Commenter cet article