Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Semaine de Convivència à Arles

Activités 2014 et projets 2015

15 Janvier 2015, 16:52pm

Publié par Association Attention Culture

DECOUVERTE, PARTAGE et RENCONTRE

Les choix de programmation de l'association Attention Culture ont toujours été motivés par leur ancrage dans les diverses réalités culturelles - musicales notamment - présentes sur le territoire.

Ancrages territoriaux :

Ces réalités s'appuient tout d'abord sur une forte identité liée à la langue d'Oc avec un choix résolument engagé à utiliser la situation géographique frontalière d'Arles entre les deux graphies comme un atout : tracer un trait d'union et dépasser l'interprétation réductrice de l'héritage de Mistral figée dans la conservation d'une culture révolue pour, au contraire, ouvrir les horizons, faire grandir les exigences de qualité et contribuer à faire émerger tout ce que la terre d'Oc recèle de talents, de diversité, d'inventivité et de vivacité.

Un territoire tout aussi fortement marqué par l'influence des musiciens gitans et celle des diverses immigrations qui y ont laissé au fil du temps et y laissent encore leurs empreintes.

Et cette sensibilité historiquement, socialement, humainement, culturellement tournée vers la Méditerranée.

Promotion des artistes régionaux :

Soutenir la création locale et régionale dans ses différences, dans ses traits communs, dans toutes ses richesses est un des principaux buts de notre association : ainsi, Convivència de Printemps programmait sur la scène de la salle Jean et Pons Dedieu Ghislaine Clément de Cavaillon, Fred Salban trio d'Arles et Yvette Yché de Carcassonne pour une soirée chanson. Aussi, Attention Culture soutenait-elle Daniel Branc Trio en mai pour le concert présentation de son dernier album.

Cheminements croisés :

Aucune création musicale ne sort du néant. Au contraire, les expressions musicales d'aujourd'hui s'inscrivent dans une continuité à la fois historique, géographique et sociale. Mais à cette sagesse et cette connaissance, s'ajoutent la fantaisie, le hasard et l'opportunité de la rencontre qui sont autant d'aiguillons pour réinventer ce que l'on sait autrement. Résultante d'un parcours à la fois individuel et collectif, ce qui est proposé sur scène est un état à l'instant T de cette construction toujours en mouvement, toujours en recherche.

Pour Convivència, chaque concert est un moment rare, l'unique escale d'une rencontre provoquée où des chemins se croisent puis se séparent, chaque partie repartant enrichie de l'autre.

Cheminement des musiciens dans leur quête et leur exigence artistique, dans leur recherche esthétique aux confins entre les univers musicaux connus d'hier et d'aujourd'hui et ceux qui restent à découvrir demain. En équilibre entre émotion et raison, cheminement sensible et intellectuel du programmateur à la rencontre de ces artistes, de leurs oeuvres, de leurs chantiers, imaginant des liens, des oppositions, des convergences....

Cheminement du coeur qui crie l'impérieuse urgence et la nécessité du partage : celles de la mise en présence des artistes sur la scène et du public “convoqué“ pour les écouter et les découvrir.

Cheminement collectif des membres de l'association qui s'approprient et façonnent le projet de Convivència un peu plus chaque année.

Cheminement du temps qui passe laissant sa trace - certes modeste mais tangible - dans l'histoire culturelle et sociale de la cité faisant de Convivència une semaine de découverte et de curiosité appréciée et attendue par le public.

L'espace public détourné / retrouvé :

Transformer la rue Réattu en salle de concert ! Il ne s'agit pas d'une simple prouesse technique d'agencement urbain, même si notre association y attache un soin tout particulier.

Par la qualité de l'accueil réservé tant aux artistes qu'au public, le projet de Convivència vise à instaurer dans cette rue – espace populaire et brasseur de diversité sociale - détournée de sa fonction première de voie de circulation, les conditions d'une réelle écoute, respectueuse, curieuse et bienveillante durant une semaine en synergie avec les activités des commerces environnants.

Parce que les concerts de Convivència sont gratuits et ouverts à tous, l'information et l'accueil du public sont un facteur clé. Cet accueil commence au soin apporté à la présentation de l'événement, à son affiche et à la rédaction du dépliant, continue avec l'aménagement de l'espace blotti sous la pergola et la qualité des dispositifs techniques et scéniques, se poursuit avec la présentation du concert du jour et de sa place dans la globalité de la semaine et se conclut provisoirement avec le verre de l'amitié offert en fin de concert pour favoriser cultiver les échanges et avec l'invitation à participer au café-tchatche de l'après-midi ou suivre le reste du programme.

Accepter la découverte :

Avec le temps, après 13 années, pour le public fidèle, se retrouver ici tient d'un rituel devenu nécessaire fondé sur la confiance ; se laisser surprendre, éblouir, emporter, s'en souvenir avec émotion, ne pas tout aimer mais reconnaître la qualité, en parler, revenir, adhérer, participer. Et pour les nouveaux arrivants, cet état d'esprit s'impose à eux naturellement comme une évidence contagieuse.

Un état d'esprit, une connivence qui met chacun en situation de respecter et d'apprécier pleinement ce qui va lui être offert : sur scène, avec ses voisins, avant et après le concert.

C'est ce même état d'esprit qui anime les artistes programmés et les invite à donner et à recevoir. Outre leur talent, c'est parce qu'ils sont porteurs des mêmes valeurs humaines et citoyennes que l'association Attention Culture qu'ils trouvent toute leur place dans le programme de la semaine. De nombreux échanges en amont préparent leur venue.

Echanges formateurs :

Dans la cohérence du projet de Convivència, au-delà de la programmation musicale, les moments de rencontre contribuent à la formation du spectateur : chaque après-midi, se tient le CAFE-TCHATCHE, rencontre des musiciens du jour avec le public.

Volontairement sans trame préconçue, ces discussions (1h environ) prennent rapidement une réelle consistance. Outre les sujets de la formation, de la recherche et de la création musicale, les échanges riches et denses permettent au public de découvrir et mieux comprendre en quoi les esthétiques et mouvements musicaux sont étroitement liés à leurs environnements géographiques, historiques et sociaux.

Des échanges qui alimentent les artistes en retour.

 

COUPS de COEUR

Le fait que Convivència soit une manifestation gratuite pour le public influe évidemment sur la nature de sa programmation exonérée des obligations de rentabilité et des concessions artistiques pour assurer son équilibrage financier.

La question se pose en d'autres termes : ceux du bon usage de l'argent public par la création et la mise en place d'actions culturellement, artistiquement, humainement et socialement utiles pour la population.

Liberté et responsabilité :

Cela offre à priori une grande liberté de choix des artistes à programmer, et ce ne sont pas les propositions qui manquent. Une liberté cependant toute relative quand il s'agit de trouver le juste équilibre entre la part de “plaisir simple et immédiat“ à proposer au public et la part “d'élévation intellectuelle et de grandissement de l'individu“ inhérente à toute action d'éducation populaire.

Notre responsabilité consiste non seulement à allier ces divers ingrédients, à les assaisonner, mais aussi et surtout à leur donner du sens : mettre en situation de mieux comprendre, ouvrir des horizons, donner à réfléchir, autrement peut-être, mettre en perspective, rappeler les origines, jouer sur les ressemblances et travailler les contrastes.

Coups de coeurs :

Proposer de partager nos coups de coeur n'est pas seulement de l'ordre de la générosité ou de l'altruisme, mais bien justement du pointage de ce qui nous touche parce qu'il fait écho au quotidien, parce qu'il est en phase avec aujourd'hui.

Alors ce partage devient nécessaire, urgent, un rendez-vous à ne pas rater pour sa force, pour sa fragilité, pour sa rareté, pour sa révolte, pour sa beauté, pour sa simplicité...

Et pour les membres de l'association Attention Culture, la manière de partager, de porter ces coups de coeur au devant d'un public constitué par nos concitoyens et nos voisins est aussi importante que ces coups de coeur eux-mêmes.

C'est là aussi que réside l'identité de notre action, sa marque de fabrique, sa raison d'être : Convivència comme un art du partage et le partage de l'art, un art du vivre ensemble incarné, revendiqué, humain, sensible et contemporain.

 

MEMOIRE, MEMOIRES

L'histoire commence en 2008 avec un premier projet sur les travailleurs du Sel à Salin-de-Giraud, conduit en commun par les associations Attention Culture, Camargo Souvajo, rHumeurs et Ventadis. Production du spectacle « De l'or blanc en héritage » avec Gaël Hemery et Guylaine Renaud et création-réalisation-production-édition du film « Rendez-vous au bout du monde ou comment je suis arrivé là ». Spectacle et film alors programmés dans le cadre de la semaine de Convivència (juillet à Arles) et Convivència de Printemps (mars à Salin-de-Giraud).

Mémoires des personnes et des lieux,

Arles mémoires ouvrières :

De cette première aventure, naît et se formalise un projet plus ambitieux de collectage et de restitution à la population de la mémoire ouvrière d'Arles, entreprise par entreprise, une mémoire qui serait vouée à l'oubli avec la disparition des derniers témoins.

Sur cette base, forte de son expérience et d'une méthodologie affinée sur le terrain, Attention Culture s'est vue confier en 2011 le soin d'assurer le collectage de la mémoire des papetiers (Papeterie Etienne) pour le compte du Muséon Arlaten.

Un an ½ de rencontres et d'entretiens filmés plus tard, un film de 50 minutes est réalisé par rHumeurs dans une démarche collective (comité de pilotage comprenant des membres des associations Attention Culture et rHumeurs, de personnes du Muséon Arlaten intéressées et d'anciens salariés des papeteries).

Mémoires ouvrières en DVD

Projeté en avant-première dans le cadre de Convivència de Printemps en mars 2013, ce film a continué d'être montré à diverses occasions, notamment à l'invitation du comité d'intérêt de quartier de Trinquetaille (quartier de l'usine) le 7 février 2014 devant plus de 200 personnes émues aux larmes.

Publication :

Le film “de mémoires de papetier“ a été édité en format DVD qui vient compléter celui sur Salins-de-Giraud.

Mémoires à cultiver :

Ce projet ne s'arrête évidement pas là et le groupe de travail a posé en 2014 les jalons de la poursuite du collectage en direction des CMP et de l'usine Lustucru.

En parallèle, Attention Culture a soutenu l'association rHumeurs dans la mise en valeur du parcours au sein de l'ancienne usine Lustucru à l'occasion des journées du patrimoine en septembre 2014.

 

LA DEMOCRATIE COMME MOTEUR

Partage et pratique démocratique :

Depuis sa création, Convivència - en juillet comme les événements organisés durant l'année - est une aventure éminemment citoyenne, collective, réfléchie et conçue comme la signature d'un groupe, d'une troupe où chacun écrit et joue la partition d'une oeuvre décidée et construite ensemble.

Structurée, exigeante, professionnelle, l'expérience s'enrichit et mûrit d'une édition à l'autre, pour rendre la prochaine plus aboutie encore. Sans jamais perdre de vue l'essentiel, le souci du détail et la quête de perfection sont le signe d'une manifestation mature et cohérente.

Pas étonnant donc, si le côté coulisse ressemble au côté scène jusque dans la manière de recevoir et d'accueillir les groupes ! Parce que le repas préparé par quelques membres de l'équipe et partagé entre tous ceux qui ont oeuvré au spectacle participe à l'idée même de Convivència. Tout comme faire découvrir cette ville qu'on aime et qu'on anime, aller au spectacle ensemble, poursuivre tard les discussions chez ceux qui hébergent ou se soucier des horaires de train.

Puis prendre des nouvelles... et en donner, même longtemps après !

Et se ré-inventer en 2015 !

Soutenue par le disquaire MusiqueS d'Arles, la semaine de Convivència a pu grandir et s'épanouir dans la rue Réattu pendant 13 ans, et l'association Attention Culture a pu développer un ensemble d'activités de fonds.

La disparition de ce partenaire prive cette manifestation de son lieu « historique » et de sa base logistique ainsi que du siège permanent de l'association lui permettant d'assurer l'organisation et la mise en œuvre de ses projets.

Attention Culture a souhaité transformer cet état de “crise aigue“ en une opportunité pour réfléchir, se ressourcer, se réinventer : et ce avec ses administrateurs, ses adhérents, ses usagers, ses artistes, ses partenaires et avec le public de la semaine de Convivència !

Dire, mettre à plat, en perspective, débattre de Convivència et de l'association pour demain, et à plus long terme... Tels ont été les objectifs de ce temps d'échange et de réflexion qui s'est appuyé sur un état des lieux (les atouts, les points faibles et les handicaps du festival) pour ensuite dessiner les contours des éditions à venir à la lumière de ce qui est apparu collectivement fondamental.

Ainsi, le 18 octobre 2014, une quarantaine de participants ont “planché“ à cette nouvelle destinée dont les orientations ont été confirmées en Conseil d'Administration.

Parallèlement, plusieurs équipes de bénévoles ont procédé sur le terrain à un inventaire des nouveaux lieux envisageables pour tenir l'édition 2015 et les suivantes.

 

Actions réalisées en 2014

autour du film “De mémoires... de papetiers“

- début d'année : édition et commercialisation du DVD (150 exemplaires vendus à ce jour)

- 7 février : projection à Trinquetaille (le quartier de l'ancienne usine)

- 20 juin : projection dans le quartier Montplaisir avec l'association “Montplaisir en fête“

- promotion du film “la dernière bobine“ de Jean-Jacques Capelli (ancien papetier) en novembre.

mardi 18 février : Assemblée Générale de l'association

Convivència de Printemps :

11 avril : soirée Cabaret chanson salle Jean et Pons Dedieu à Arles avec Gyslaine Clément (cavaillon), Fred Salbans trio (Arles) et Yvette Yché (Carcassonne)

Trois personnalités différentes, trois timbres, trois écritures... mais en commun le goût de la parole juste sans prétention, de la voix intime, du souffle suspendu, du chant-cri comme du murmure, mêlant douceur, force et tranchant, poésie et loufoquerie décapante, émotion et propos acerbe, quand l'encre devient sang, rire ou larme, le goût de la belle ouvrage ciselée, le goût de l'autre, celui du partage et de la complicité.

Salle pleine : 123 spectateurs pour cette soirée découverte

soirée Uniquement blues

samedi 17 mai, salle et Pons Dedieu. Soutien au concert de présentation du dernier album de Daniel Blanc Trio “Uniquement blues“ qui recréait en version acoustique les grands titres qui ont jalonné plus de trente années de carrière. Un quarantaine de personnes ont assisté à ce concert.

Semaine de Convivència du 14 au 19 juillet :

- exposition LA MÉDITERRANÉE, périple d'un civilisation (Institut du Monde Arabe),

- 5 rendez-vous de CAFE-TCHATCHE avec les musiciens des groupes programmés

LAS HERMANAS CARONNI, MOR KARBASSI, TALABAST, CARINA SALVADO et L'ORCHESTRA COCÒ,

- 6 concerts rue Réattu à Arles :

L'HOMME PARLE (Nîmes), LAS HERMANAS CARONNI (Argentine), MOR KARBASI (chanson séférade), TALABAST (Occitanie), CARINA SALVADO (Portugal) et ORCHESTRA COCÒ (Italie)

- 1 concert à Solid'Arles - quartier de Griffeuille : LASSITA (latino)

- 1 instant défilé en partenariat avec La rose à Pois / les accessoires d'Audrey

- 5 découvertes gourmandes en partenariat avec les commerçants du centre ville et Solid'Arles.

semaine de juillet en chiffres

+ de 4.000 spectateurs rue Réattu

100 spectateurs à Solid'Arles

30 musiciens accueillis

300 visiteurs à l'exposition

250 participants cafés-tchatches

15.000 dépliants diffusés

2.000 heures de bénévolat

groupe Mémoires ouvrières :

toute l'année : travaux préparatoires pour l'organisation d'un nouveau collectage (CMP et Lustucru).

Journées du Patrimoine : soutien à l'association rHumeurs pour la réalisation du circuit dans l'ancienne usine Lustucru.

partenariats en 2014

Depuis sa création, Attention Culture travaille en étroit partenariat avec la SCOP Musiques-Arles “Boutique des Passionnés“ qui met gracieusement à disposition de l'association : son personnel (2 personnes), ses locaux, son matériel, ses équipements, ses réseaux et qui assume de nombreuses prestations (edf, téléphone, internet, ptt...).

Attention Culture, c'est :

  • 89 adhérents en 2014

  • 35 cartes de soutien

  • un CA de 10 personnes dont 7 sont membres du bureau permanent

  • 2 permanents bénévoles (programmation, administration, régie, communication)

L'association Attention Culture est soutenue par :

  • la Ville d'Arles,

  • le Conseil Général des Bouches-du-Rhône,

  • le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur

  • la Mutuelle de France Rhône-Alpilles.

Elle a développé cette année des projets et des échanges avec :

le Museon Arlaten, l'Institut du Monde Arabe, le comité de jumelage Arles-Vercelli, le comité d'intérêt de quartier de Trinquetaille

et avec les associations rHumeurs, Un Quartier dans la Ville, Matière@, Solid'Arles et le quartier de Griffeuille, Montplaisir en fête

avec les médias la presse quotidienne régionale, le Ravi, le Gai Savoir, les radios l'Eko des Garrigues, Lenga d'Oc, Soleil fm, les sites et réseaux internet qui annoncent et suivent ses initiatives

et avec Jacques Durand et la société Cultur'Com,

avec SSSupa production qui assure la régie technique de l'ensemble de nos événements.

Elle entretient de fidèles et amicales complicités avec :

La Rose à Pois et les accessoires d'Audrey, la bijouterie Escanez, les commerçants du quartier : le Pot à Tabac, les Cafés de la Major, le restaurant Dune, Nuances Traiteur, la Cave des Saveurs, la boulangerie Laurent,

avec le mas de l'Isle Saint-Pierre qui nous régalent

et avec Le Château des Arts et la Porte Bleue qui hébergent nos artistes

Attention Culture est membre :

  • du RESSPA (réseau de l'Economie Sociale et Solidaire du Pays d'Arles)

  • de la Maison de la Vie Associative.

en 2015

un nouveau lieu pour Convivència en juillet !

Avec la disparition du disquaire MusiqueS d'Arles qui l'a soutenue et dont les locaux servaient de base logistique à la tenue des concerts programmés en juillet dans le cadre de la semaine de Convivència, l'association Attention Culture a mis en place un processus à la fois de réflexion et de prospection pour trouver le lieu le plus adapté à la poursuite du festival et à son développement.

réflexion : s'appuyer sur nos fondamentaux !

Suite à la journée de réflexion autour de Convivència du 18 octobre 2014, la quarantaine de participants a dégagé les axes fondamentaux suivants :

  • un festival “hors normes“ à développer : Convivencia ne se résume pas à la programmation ordinaire de concerts, c'est plutôt une invitation à des moments d'intimité, des instants de découverte musicale, un bonbon par jour à savourer... On doit conserver cet aspect “hors normes“, “hors les sentiers battus“, cette rareté...
  • une identité et une originalité : C'est la qualité de la programmation qui n'a cessé de croître qui a forgé l'identité et l'originalité de la semaine de Convivència.
  • à hauteur d'homme : ici règnent la simplicité et la légèreté, l'événement est pourtant conçu avec grand professionnalisme mais aussi une grande humilité. Public et artistes sont accueillis en amis et non en consommateurs ! De plus, l'entente et la qualité des relations au sein de l'équipe des bénévoles mobilisée et associée aux décisions sont les garants de cet état d'esprit de grande convivialité.
  • accessibilité : Convivència assure un service culturel d'utilité publique, notamment en direction de publics qui ont difficilement accès au spectacle vivant. La gratuité est fondamentale.
  • proximité à tous les niveaux : proximité du public avec la scène, des artistes avec le public, de l'équipe avec les artistes et le public, du festival avec la vie de la cité,
  • un îlot au cœur de la cité : Convivència est un événement urbain. Sa particularité réside dans le fait de détourner l'espace public de sa fonction habituelle (rue, circulation...). L'identité de Convivència est étroitement liée à cet espace en extérieur, ouvert, situé dans un lieu de passage qu'on découvre “par hasard“ au détour d'une rue, avec cet aspect “improbable“ de concerts posés là où on ne les attend pas mais qui impriment à la ville un autre rythme le temps d'une semaine. Ce doit être un lieu de centre ville pour conserver le public existant mais plus grand afin de permettre de se développer tout en ne cédant rien sur l'état d'esprit et la convivialité.
  • enracinement social : La relation de Convivència avec son environnement est tout aussi importante : relation avec les riverains, implication des commerces, développement d'actions de proximité hors festival.
  • vivre ensemble et engagement citoyen : c'est en filigrane l'histoire et la raison d'être de la semaine que l'on retrouve dans les notions de proximité, d'accessibilité, d'exigence, de qualité, de professionnalisme, d'humanisme, d'utilité sociale et culturelle...

un lieu adapté où continuer d'écrire notre histoire !

Durant le dernier trimestre 2014, plusieurs équipes de bénévoles ont sillonné la ville d'Arles pour évaluer une trentaine de lieux du centre ville afin de trouver celui qui serait le plus approprié pour poursuivre l'aventure, mais aussi pour la développer sur la base des fondamentaux déterminés par la journée de réflexion (voir ci-dessus).

Le choix s'est porté de manière unanime sur le parking de l'École Léon Blum qui répond positivement à l'ensemble des critères d'exigence de l'équipe : positionnement en centre ville, acoustique, zone ombragée, espace à investir propice au développement du festival, potentialités de lien social avec le quartier, assise culturelle existante et faculté de nouveaux partenariats à réaliser...

Une première rencontre avec l'adjointe à la culture de la Ville d'Arles confirme le bien-fondé de ce choix, souligné par un réel enthousiasme et un engagement à favoriser cette implantation par l'aide et le conseil des services concernés.

Un nouveau lieu où développer l'esprit de Convivència

 

Programme d'activités 2015

Mémoires ouvrières :

- Mise en oeuvre du collectage de mémoires des anciens des CMP et des Lustucru

avec l'association rHumeurs

- autour du film “De mémoires... de papetiers“

- diffusion et projections

- suite de la promotion du DVD

février : Assemblée Générale de l'association

durant l'année :

- Convivència de printemps en mars : soirée esprit cabaret salle Jean et Pons Dedieu, programmation en cours

- rencontres, conférences, débats sur des thèmes liés à la musique : plusieurs rendez-vous dans l'année.

- programmation de soirées en centre ville, dans les quartier ou les villages.

Semaine de Convivència du 13 au 18 juillet 2015 : programmation en cours dans la lignée des choix artistiques des années précédentes.

- 6 concerts à l'espace Léon Blum (nouveau lieu, voir plus haut) + 1 concert à Solid'Arles

- 1 exposition

- 5 rendez-vous de CAFE-TCHATCHE avec les musiciens des groupes programmés

- des rencontres, des dédicaces, des projections

- 1 espace de convivialité et de partage, espace Léon Blum, expérimentation d'alternatives / choix pour la restauration, la buvette, le traitement des déchets, + kiosque ouvert à la presse différente et librairie...

projets 2015 – 2016

en Camargue : d'une bête à l'autre

Le texte de Joseph d'Arbaud “La bête du Vaccarès“ est devenu un mythe fondateur et fédérateur des gens de Camargue.

Le plasticien Jose Manrubia a travaillé sur ce texte pour une exposition importante qui n'a jamais été présentée dans son ensemble en tant que telle. Son travail donne une lecture à la fois poétique, onirique et contemporaine de cette légende.

Par ailleurs, le musicien camarguais Gaël Hemery a créé successivement un spectacle inspiré de l'oeuvre de Joseph d'Arbaud et un spectacle autour de la Bête du Gevaudan.

PROJET :

Exposition, veillées, musique et spectacles à Salin-de-Giraud

étayé par un travail préliminaire avec le milieu scolaire sur l'invention de créatures (textes et arts plastiques), rencontres avec l'artiste, collectage auprès de la population d'histoires de “bêtes“...) en partenariat avec l'association Camargo Souvajo... et le Parc Naturel de Camargue et divers acteurs de Camargue.

Nous espérons que ce projet sera suffisamment attractif pour drainer et concerner un large public : camarguais, arlésiens, pays d'Arles, visiteurs, touristes...

Commenter cet article